Une histoire commune…

Comme tous les soirs, Bernard était rentré

bourré

et

bouzillé

le

bidon

à l’air.

 

Ces semaines de

glandage

ne lui allaient pas.

Son

poil

dans la main ne faisait qu’empirer.

De son côté, comme tous les soirs, Martine, la

bibiche

de Bernard, lui faisait

latronche

« Je ne vais pas baisser

montfroc

devant ce

groslay

encore une fois », reprenait-elle.

Bernard s’expliqua:

« Mais j’étais juste avec

quarante

bonas

 et une

bellebrune

 de

bonnefamille

 lâcha-t-il.

 

Tout à coup,

la_baffe

 ne se fit pas attendre, Martine était excédée:

le_deluge

s’abattit sur lui:

hailles

houilles

gémissait Bernard.

 

« Mais pourtant c’est faux, j’ai

pabu

cette-fois-ci » lançait-il comme un

sos

Martine lui répondit de plus belle:

mouais

 c’est ça, j’te crois pas, je suis sûre que

toutlemonde

me trouve

trécon

de t’avoir supporté » insiste-t’elle.

 

Et Martine reprend de plus belle: « Allez

oust

vatan

lui crie t’elle.

« Ok, si tu insistes,

givet

Bernard se retire alors.

Un

soupir

et d’un pas

lent

de

suisse

Bernard ravale son

orgueil

 et ne fait pas de

vieuzos

« Nique

sarras

dit-il en

pleurs

 

 

Impressions Ecran issues de Google Street View.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *