Comment j’ai failli mourir en quelques secondes…

4 mars 2014 / Tous les jours / 7 Comments /


[Translator: select your language]

 

Pour une fois ce n’est pas un article sur le mode blague potache comme Max en a le secret, du genre la blogosphère voyage et l’industrie du voyage à l’aube d’une crise ou notre tour du monde en stop

Non, cette fois ça a vraiment failli m’arriver… Bêtement, vraiment bêtement. J’ai failli mourir… En quelques secondes.

La semaine dernière j’étais à la maison toute seule et je m’étais fait  un sandwich avec du main de mie et de la feta (oui, au  bon lait de brebisss) et là, je ne sais pour quelle raison, le pain de mie s’est rebellé et à refusé de suivre sa route… Pan! Obstruction des voies respiratoires. Impossible de respirer, impossible de tousser, impossible d’appeler à l’aide.

Une sensation indescriptible de mort imminente. D’étouffement…En seulement quelques secondes vous sentez que vous êtes vraiment mal barré… Certains disent voir leur vie défiler devant leur yeux. Bizarrement, moi j’ai eu l’impression que mon cerveau s’est mis à fonctionner à toute vitesse pour trouver comment me tirer de là. En quelques secondes j’ai compris qu’il fallait que je sorte de chez moi pour trouver de l’aide chez des voisins, en une milliseconde  j’ai compris que je n’aurai pas le temps d’y arriver avant de tomber dans les pommes.

Je me suis finalement  penchée en avant  et je me suis donnée de grandes claques dans le dos avec le poing (normalement on applique à une tierce personne de grandes claques avec le plat de la main, mais étant seule j’ai dû improviser…) tout en essayant de marcher vers la porte d’entrée. Et là, miracle, j’ai commencé à tousser. J’ai continué et à force de tousser ce foutu pain de mie à consenti à se déplacer et l’air est enfin arrivé dans mes poumons…

La joie indescriptible elle aussi, de la première goulée d’air qui circule. J’avais la gorge en feu, mais j’arrivais à respirer! Et j’ai réalisé à quel point ce stupide accident peut arriver à n’importe qui et n’importe quand. Avec un peu de chance ça peut vous arriver au milieu d’un déjeuner avec des amis, et avec encore un peu de chance un de vos amis aura le réflexe de vous taper dans le dos ou de pratiquer Heimlich… Mais combien de gens sauraient quoi faire si ça leur arrivait en étant seuls chez eux ou seuls en voyage pour les voyageurs solitaires?

C’est pourquoi j’ai pensé écrire cet article et partager la manoeuvre de  Heimlich. Ce n’est pas l’article le plus passionnant ni le plus glamour de Menilmonde…Mais ça peut un jour sauver une vie, voire la votre…

Si vous voyez quelqu’un s’étouffer, prévenez ou faites prévenir les secours et commencez immédiatement les soins car le prognostique vital est engagé, c’est la deuxième cause de décès par accident de la vie courante.

Quels sont les signes cliniques d’un étouffement?

  • La victime porte la main à sa gorge.
  • Elle ne peut plus parler.
  • Elle garde la bouche ouverte.
  • Elle fait des efforts pour respirer sans que l’air n’entre ni ne sorte.
  • Elle ne peut plus tousser.

Que faire?

  • Laisser la victime dans la position où elle se trouve.
  • Constater l’obstruction totale des voies aériennes.
  • Désobstruer les voies aériennes en lui donnant 5 claques dans le dos.
  • En cas d’inefficacité des claques dans le dos, réaliser 5 compressions abdominales selon la méthode de Heimlich.
  • Constater l’efficacité des claques dans le dos ou des compressions abdominales.

Comment donner les claques dans le dos?

  • Se placer sur le côté et légèrement en arrière de la victime.
  • Soutenir son thorax avec une main et la pencher suffisamment en avant pour que l’obstacle dégagé sorte de la bouche plutôt que de retourner dans les voies aériennes.
  • Lui donner 5 claques vigoureuses dans le dos, entre les deux omoplates avec le plat de l’autre main ouverte.
  • Arrêter les claques dans le dos dès que la désobstruction est obtenue.

Si les claques ne suffisent pas:

La manoeuvre de Heimlich:

  Le but de cette manœuvre est de comprimer l’air contenu dans les poumons de la victime et d’expulser le corps étranger hors des voies aériennes par un effet de « piston ». Suivant l’importance et la position du corps étranger, plusieurs pressions successives peuvent être nécessaires pour l’expulser.

  • Se placer derrière la victime, contre son dos, (en fléchissant les genoux pour être à sa hauteur si la victime est assise), passer les bras sous les siens de part et d’autre de la partie supérieure de son abdomen.
  • S’assurer que la victime est bien penchée en avant pour que l’obstacle dégagé sorte de la bouche plutôt que de retourner dans les voies aériennes.
  • Mettre le poing sur la partie supérieure de l’abdomen, au creux de l’estomac, au dessus du nombril et en dessous du sternum ; le poing doit être horizontal, le dos de la main tourné vers le haut.
  • Placer l’autre main sur la première, les avant-bras n’appuyant pas sur les côtes.
  • Tirer franchement en exerçant une pression vers l’arrière et vers le haut.
  • Le corps étranger devrait se débloquer et sortir de la bouche de la victime.
  • Si le corps étranger n’est pas délogé, répéter cette manœuvre jusqu’à 5 fois.

Obstruction des voix aériennes chez le nourrisson :

Commencer par les claques dans le dos:

  • Coucher le nourrisson tête penchée en avant à califourchon sur l’avant-bras, de façon à ce que sa tête soit plus basse que le thorax et facilite la sortie du corps étranger ; maintenez la tête avec les doigts de part et d’autre de la bouche tout en évitant d’appuyer sur sa gorge.
  • Donner 5 claques dans le dos, entre les deux omoplates, avec le plat de la main ouverte.
  • Après les 5 claques dans le dos, si le corps étranger n’a pas été rejeté, à 5 compressions thoraciques.

Si les claque ne fonctionnent pas, appliquer Heimlich:

  • Après avoir réalisé les 5 claques dans le dos, placer votre avant-bras contre le dos de l’enfant et votre main sur sa tête ; le nourrisson est alors entre vos deux avant bras et vos deux mains.
  • Le retourner sur le dos tout en le maintenant fermement ; l’allonger tête basse sur votre avant-bras et votre cuisse.
  • Effectuer 5 compressions sur le devant du thorax, avec 2 doigts, au milieu de la poitrine, sur la moitié inférieure du sternum, sans appuyer sur son extrémité inférieure (la position des doigts est identique à celle des compressions thoraciques lors de l’arrêt cardiaque du nourrisson.
  • Après les 5 claques dans le dos et les 5 compressions thoraciques, vérifier que le corps étranger n’est pas dans la bouche ; délicatement, retirer le corps étranger s’il est visible et accessible.
  • Si le corps étranger est expulsé, il faut parler continuellement au nourrisson pour le calmer.
  • Si le corps étranger n’est pas expulsé : répéter le cycle successivement en alternant les claques dans le dos avec les compressions thoraciques. Faire alerter les secours d’urgence.

Sources soins-infirmiers.com

Si cela vous arrive et que vous êtes seuls, essayez de ne pas paniquer, penchez-vous en avant et donnez-vous des tapes dans le dos (vous n’êtes pas souple? Ne vous vous inquiétez pas en cas d’urgence vous allez, tout comme moi vous découvrir une flexibilité  insoupçonnée! ) Etre penché en avant est impératif car dès que le corps étranger va se déplacer votre premier réflexe sera de respirer, en étant penché, vous éviterez de l’aspirer à nouveau.

Si les claques ne suffisent pas, mettez vos mains en position de Heimlich et appuyez-vous sur une chaise ou un meuble.



7 Comments

  1. Arnaud

    4 mars 2014
    / Répondre

    Bon réflexe ! Profite de cet article pour encourager tes lecteurs(trices) à passer le PSC1 :)

    Je devrais remettre le nez dans le référentiel, j'ai sûrement oublié deux trois trucs...

    • Claire

      4 mars 2014
      / Répondre

      Je me suis toujours demandée pourquoi ce n'était pas obligatoire en fin d'études de passer un diplôme de secourisme. Ca devrait l'être et ça sauverait bien des vies. Malheureusement une fois rentré dans le monde du travail, il devient difficile de trouver du temps pour une formation supplémentaire. Et pourtant...
      En tout cas je pense qu'au moins tous ceux qui voyagent devraient passer ce brevet.
      Merci de ta visite!

  2. Julie

    4 mars 2014
    / Répondre

    Effectivement, très bon réflexe et énorme soulagement de lire ça !!! Je suis heu-reuse que tu ailles bien. Merci de partager aussi, car je fais partie de ces personnes qui n'ont jamais eu de cours de secourisme (ça va bientôt changer) et je constate que je ne savais pas tout au niveau de cette manœuvre. .merci beaucoup pour ça .

    • Claire

      4 mars 2014
      / Répondre

      C'est fou comme ça va vite, et comme c'est angoissant. Une saloperie de sensation que celle de ne plus pouvoir respirer. Tu sais que tu ne dois pas paniquer, et tu dois gérer toutes les alarmes de ton cerveau qui se mettent à sonner... J'ai eu du bol que le pain ne se soit pas enfoncé trop profondément. Ca met aussi plein de choses en perspective... Je suis contente que tu prennes des cours, ça peut ne jamais servir, le jour où tu peux en avoir besoin ça peut aussi ne pas marcher (je pense à la réanimation) mais au moins ça permet de réduire le facteur stress et de faire pencher la balance du bon côté. Les méthodes de secourisme différent parfois, mais tout est bon à prendre. Biz!

  3. Amarok Freeland

    17 mai 2014
    / Répondre

    Bonjour,
    je me suis permis de mettre le lien de votre excellent article sur mon blog où je publie actuellement un roman : " Peterbilt Apocalypse " et où se déroule cette scène éprouvante que vous avez vécue. Lorsque j'étais enfant, j'étais coutumier du genre. Oui, c'est effrayant et il m'en reste des séquelles : lorsque je dois avaler un comprimé, j'ai toujours une appréhension. C'est là que l'on se dit que le corps est mal fait !^^
    Voici le lien de la page où apparaît la référence à votre article : http://surlesterresduloup-amarok.centerblog.net/41-

    Bien cordialement.

  4. Sergio

    22 juillet 2016
    / Répondre

    Bonjour,
    Un de mes amis vient de décéder à cause d'un morceau de pain avalé de travers, c'est bête et tragique !
    Alors, voulant me prémunir ou sauver quelqu'un d'une mort aussi bête, j'ai fais des recherches et je suis tombé sur votre blog qui développe très bien le sujet.
    Je souhaite simplement vous remercie de ce partage.

    Longue vie à vous !

    Salutations

    Serge

  5. daret

    17 août 2016
    / Répondre

    bonjours, a vous ...
    tragique ou pas je vais vous racontez ce qui mes arrive hier ,et je précises et c'est bien une vérité .
    bon hier devant mon pc je regardais ma serie en streaming ,quand une petite envie de mange comme tout les soir
    car depuis que j'ai arrêter de fumé j’aime de temps a autre mange des petit truc quand je regarde ma série.
    Mais hier j'ai failli mourir les voie nasale ce son bouche d'un cout et j'étais entre trin d’avalé a bout de sandwich que je me suis prépare
    le problème sais que je me suis étouffer,je me suis battue de longue minutes ou secondes car a ce moment les secondes son longue
    j'ai suffoque , mais j'ai réussis a rejeter ce qui me gênais dans la gorge ,je penses que a ce moment la le bout que j'avais mis dans ma bouche était un peu gros ,et si j'ai survécu ce n'est pas un miracle ,car j''avais garde mon calme , car ce n’ai pas la premier fois que ça m'arrive mais hier c’était la plus violente ,de la famille était présent ,mon fils ma demande de me mettre debout pour me faire (La manœuvre de Heimlich:) ,mais ça pas été nécessaire car j'ai maitriser la situation ,ce que je conseil au gens sais d’essayé de ne pas panique , et d'apprendre apné , car en réalité sais ça qui ma aide et qui ma sauver ,je presice que cette histoire et vrai a 100% cordialement a vous


Laisser un commentaire