Désaturation sélective avec Lightroom… Suite…

Hier nous avons vu comment désaturer partiellement une photo de façon basique et aussi comment utiliser le pinceau afin de transformer les couleurs d’un objet. Je vous avais promis que c’était simple, promesse tenue…

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dans lightroom il y a quelques petits boutons à peine visibles et qui pourtant ont une utilité… Hier je vous ai montré le bouton qui permet de visualiser la photo d’origine pendant que vous travaillez encore dessus. Aujourd’hui, c’est un autre bouton en rapport avec le sujet de cet article… Même si je dois l’avouer je préfère la méthode que je vous ai donné hier car je trouve que ce qui suit est moins précis… Mais bon, on va dire que c’est de la culture générale ;-)

Dans le mode « développement » puis « TSL » puis « saturation »: Vous remarquez sur la gauche un bouton rond. Vous cliquez dessus une fois avec le clic gauche de la souris, vous pouvez relâcher. Puis vous positionnez le curseur de la souris sur la photo, sur la zone que vous souhaitez désaturer. Vous cliquez une fois sur cette zone avec le bouton gauche de la souris et vous maintenez appuyé. En bougeant la souris de haut en bas, vous allez saturer ou désaturer la zone choisie. Une fois l’effet désiré atteint, cliquez à nouveau sur le cercle dans le menu.

Peaufinons maintenant tout ça. Maintenant que vous savez désaturer, essayons de personnaliser tout ça et voyons comment la désaturation sélective, combinée à différents virages, va venir en aide à vos photos les moins convaincantes.

On a tous dans nos placards, des photos qui à première vue ne provoquent pas un enthousiasme délirant. J’ai choisi cette photo de Shanghai, on ne peut plus banale. Voyons voir si je peux la rendre plus attrayante. Considérons cela comme un exercice.

 Tout d’abord, dans l’onglet « développement » je règle la clarté afin d’accentuer les ombres. Puis dans la partie « virage partiel  »  je choisi deux teintes ainsi que la saturation de chacune, puis je fais la balance.

 Maintenant je vais dans l’onglet « présence » et je baisse la saturation pendant que j’augmente la vibrance. Je corrige la saturation du virage des parties les plus sombres. Je vais obtenir une image platinotype. Une photo platinotype à la base, est une photo dont le tirage a été réalisé sur un papier sensibilisé par un mélange de sels ferriques et de sels de platine. La couleur varie selon le mélange et le papier utilisé (à ce sujet, j’ai trouvé ce site très intéressant)

 Le premier bâtiment est trop sombre à mon goût, j’utilise donc le pinceau pour ajouter de la luminosité, j’accentue aussi la clarté dans le menu du pinceau.

 Je ne suis toujours pas satisfaite, alors je vais modifier couleur par couleur la saturation. Je retourne dans l’onglet TSL, mais cette fois je sélectionne N&B puis à l’aide des curseurs je travaille chaque couleur. L’image ne sera pas pour autant en N&B  puisque vous avez toujours vos virages actifs. Vous pouvez d’ailleurs toujours les modifier.

A la base l’image n’est pas exceptionnelle, mais parfois un virage permet de redonner un peu de force ou au moins une ambiance, à une image sans grand intérêt, même s’il n’y a pas non plus de miracle…

.J’espère au moins que ce tutoriel vous aura été utile et compréhensible :-) A bientôt!

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *