Mes 140km de rando dans la vallée de la Creuse

18 septembre 2018 / Videos / 0 Comments /

L’été, je ne prends généralement que très peu de vacances : un semaine maximum. Pour garder des jours pour le reste de l’année, et partir plus souvent. Oui, je préfère partir moins longtemps et multiplier les escapades. Je vais d’ailleurs en avoir deux autres fin octobre et début novembre.
J’ai donc testé quelque chose de nouveau qui me trottait en tête depuis quelques mois, inspirée par un ami à travers la Haute-Marne, et aussi du périple de la Diagonale du vide de Mathieu Mouillet, une connaissance blogueur aussi.

Autant j’ai souvent marché dans des déserts, mais accompagné de chameaux et autres mules, autant je n’ai jamais marché seul en autonomie avec ma maison et ma passion sur le dos. Ce fut donc chose faite cette année pour tester ce genre d’escapade, en ayant choisi la Creuse quelques jours avant en fonction de la météo annoncée (je veux bien partir à « l’aventure dans la Creuse » (ahaha), mais sans pluie… je n’ai pas encore atteint ce level de détachement…).

 

Voici ce que j’ai vu (entre autre bien sûr – cette vidéo s’écoute dans l’idéal avec un casque sur les oreilles, et bien fort (et même dispo en 4K via le lecteur Vimeo si vous avez une connexion complètement folle)) :

Creuse Valley ’18 (4K) from Maxime // Menilmonde on Vimeo.

Cette vidéo reflète bien ce que j’ai vécu : la quiétude. Voire trop par moments car tu es parfois obligé de faire un détour de 8km AR pour aller chercher du pain et des sardines à l’épicerie du village qui ferme à midi… Car autant la Creuse c’est chouette, mais ça reste la Creuse : il n’y a rien en dehors de la nature.
Alors je parle de la Creuse, mais ma marche s’est étendue sur les 2 départements de l’Indre et de la Creuse (car l’Indre s’appelle « Indre » même si la Creuse la traverse). (Au passage, le géographe vous dira que le Var est très étrange, car c’est le seul département français avec un nom de fleuve – le Var – et qui n’est pas traversé par ce fleuve. Allez comprendre).
Bref.

J’ai donc pris le train de Paris jusqu’à Argenton sur Creuse. Et voici mon itinéraire à pieds :

Lire la suite … →

La geeko-romance de May-Anh et d’Emilio

14 septembre 2018 / Mots de Menilmonde / 0 Comments /

Ils ne se connaissaient pas.
Elle était vietnamienne.
Il était italien.
Dix ans plus tôt, ils ne se seraient jamais mariés.
Ils se seraient sans doute croisés. Uniquement, comme deux inconnus.
 

Comment toute une vie peut-elle basculer en dix ans ?
A l’aide de cette chose qui a rapproché les Hommes ?
Cette histoire est vraie, on me l’a racontée.
Puisqu’ils se sont mariés.
D’ailleurs il faudra savoir d’ici quelques années ce qu’ils seront devenus.
Je me renseignerai.
 

Lire la suite … →

Détachement et isolement : loin de la victoire de la coupe du monde 2018

7 septembre 2018 / Mots de Menilmonde / 0 Comments /

Je crois qu’au fond de moi, je voulais que la France soit championne du monde au foot pour deux raisons : que ce soit la fête et qu’on renoue avec cette victoire 20 ans après les bleus de Zidane, et puis pour pouvoir écrire ce texte. Et puis car il fallait que je prenne en photo cette liesse populaire pour illustrer ce texte.

 

Donc Imaginons.
Pensez-vous qu’il serait possible, pour un fan de football, de rater de manière intentionnelle la finale pour réaliser une expérience sur le détachement et l’influence de tout ce qui nous entoure ?
Je vais bientôt être plus clair.

 

Oui, j’ai tenté de voir ces fameux champions sur les Champs, mais j’ai juste réussi à attraper la coupe.

Lire la suite … →

Le mystère du scooter au bouquet – Acte I


 

Fin juin, je suis tombé par hasard dans une rue – Rue Rollin – sur un scooter sur lequel un bouquet de fleurs était posé. Bien sûr je l’ai pris en photo. Vous retrouverez l’image plus bas. Et quelques heures après, je suis repassé, et le bouquet n’était plus là. Alors, j’ai commencé à imaginer le pourquoi du comment. Et il doit y en avoir beaucoup, des « pourquoi du comment… ».

Alors voici un premier acte.

 

 

Acte I : l’amoureux distrait et le mal aimant chanceux

 

 

C’est la première fois.
Rudy est heureux, il ne sait pas mettre les mots, mais il nage en pleine légèreté de l’être.
Oui, il est amoureux. Il l’est vite devenu.
C’est la première fois.
Qu’il apporte un bouquet de fleurs à sa douce.
Sa nouvelle douce.
Rose, sa nouvelle douce.
Rudy, il est tête en l’air, mais c’est justement ce qui a plu à Rose.
Rudy, il n’a jamais été avare en fleurs aussi.
Rudy, il en offrait régulièrement, à ses anciennes amoureuses. Il n’est pas de ceux qui en offrent au début, et puis plus rien après.
Rudy, il ne fait pas cette erreur.

 
Lire la suite … →

Merci Woody

Il y a 10 ans jour pour jour, je publiais sur mon ancien site l’histoire « Merci Woody ».
Je l’aimais beaucoup, et d’ailleurs, si je devais créer un court-métrage d’animation, ce serait inspiré de cette histoire. Le problème, pour faire ce film, il faudrait que je ne dorme plus que 3h par nuit si je voulais trouver le temps de tout faire…
Aujourd’hui, cette histoire, je la republie, et la remets un peu au goût du jour. Déjà.

********************

 

C’est l’été, il fait bon, il fait chaud, c’est la canicule.
On a forcément envie de se rafraîchir. Et pour se rafraîchir, nous disposons de nombreux moyens.
Dont ces petites choses qui traînent ça-et-là dans Paris.
Qui arrivent à point nommé au beau milieu d’une escapade à velib’. Ou d’une marche de 30 000 pas.
Même les chasseurs de Pokémon en raffolent.
Ces petites choses sont très jolies.
Parisiennes.
Gracieuses.
Mais surtout, rafraîchissantes : les fontaines Wallace.
 
 

 

Elles sont 120 à Paris.
Et quelqu’une m’a raconté un jour qu’elles renfermeraient une légende : c’était une très jolie histoire. J’avais beaucoup aimé.
Normal, j’aime quand on me raconte des histoires.
Et cette légende raconte qu’il y aurait une fontaine Wallace qui donnerait la vie éternelle. N’est-ce pas chouette ?
Oui. Mais laquelle ?
 
 
Lire la suite … →

48h à Amsterdam

26 juillet 2018 / Videos / 0 Comments /

 

Fin mai, je suis allé à Amsterdam avec des amis.
Et j’ai filmé avec une Gimbal (Zhiyun Crane V2 pour les connaisseurs) un peu tout et n’importe quoi, comme il y a très très longtemps sur Menilmonde, et ma foi ça a fait du bien de revoir ces images de fraîcheur puisque ce WE-là, il ne faisait que 20°, loin, des 36° annoncés aujourd’hui à Paris…

Le géographe que je suis s’est laissé guider et j’ai été complètement paumé, impossible de savoir où j’étais avec tous ces canaux partout. J’avais déjà passé 24h à Amsterdam il y a plus de 20 ans, juste pour tirer 5-6 lattes de cowboy d’un pétard et être complètement dans le pâté le reste de la journée… Je vais pas vous cacher que j’ai beaucoup plus apprécié la ville cette année!

Alors c’est très rapide et ça se passe en 2’36 .

Allez zou!

Amsterdam ’18 from Maxime // Menilmonde on Vimeo.

Jamais trop tard avec le trottoir

20 juillet 2018 / Mots de Menilmonde / 0 Comments /

 

… procrastiner, il faudrait être réactif (mais celui-là, il peut attendre demain).
… patienter bêtement, il faudrait prendre le train en marche.
… regarder à terre, il faudrait lever les yeux.
… pincer les lèvres, il faudrait hurler de rire.
… rester derrière, il faudrait passer devant.
… montrer du doigt, il faudrait se lancer.
… se déchirer, il faudrait s’embrasser.
… s’interroger, il faudrait s’informer.
… s’écrire, il faudrait se téléphoner.
… consommer, il faudrait savourer.
… se lamenter, il faudrait affronter.
… se téléphoner, il faudrait se voir.
… rêver, il faudrait ouvrir les yeux.
… s’enfermer, il faudrait s’ouvrir.
… croiser, il faudrait rencontrer.
… ressasser, il faudrait écrire.
… laisser faire, il faudrait agir.
… renoncer, il faudrait braver.
… blesser, il faudrait panser.
… parler, il faudrait regarder.
… courir, il faudrait réfléchir.
… reculer, il faudrait sauter.
… râler, il faudrait célébrer.
… médire, il faudrait aimer.
… copier, il faudrait créer.
… garder, il faudrait offrir.

 

C’est grave docteur?

13 juillet 2018 / Mots de Menilmonde / 0 Comments /

Je marche beaucoup dans Paris, et j’aime y flâner. Flâner, c’est important, car en flânant, je me mets en mode « yeux ouverts, esprit en recherche » et je regarde tout, fais attention à tout, même le moindre papier à terre, pour essayer de trouver de chouettes petites choses insolites, qui font que le même trajet quotidien peut prendre une tournure complètement différente d’un jour à l’autre.
Je partage rarement ici ce que je trouve d’insolite – en dehors des histoires –  mais davantage sur mon compte Facebook perso ou Instagram, .
Quand je marche et que je ne flâne pas, je vais moins faire attention, et davantage être dans mes pensées et moins sur ce qui m’entoure.

 

Voici la rencontre pleine d’amour que j’ai faite dernièrement.
Au 1 avenue Felix Faure dans le 15ème.

 

« This man » – non, ne parlons pas anglais – ,
le Dr Serge Gilbert, un russo-américain,
est pour chaque personne une véritable bouée d’amour .

 

ZYSMAN, – non, ne parlons pas anglais – ,
le DR Serge Gilbert, un RUSSO-américain,
est pour chaque PERSONNE une véritable BOUET DAMOUR .

 

Le mystère de l’impasse parisienne qui apparaissait tous les 100 ans…

5 juillet 2018 / Mots de Menilmonde / 0 Comments /

 

On pourrait presque se croire dans Harry Potter.
Une rue qui apparait une fois tous les cent ans.
Ou parfois deux ou trois fois tous les cent ans.
Un peu comme par magie.

 

Mais on dirait que ce ne serait pas une rue. Une impasse plutôt.
Oui, en théorie donc, cette impasse apparait tous les cent ans.
Et dans Paris.
Anne Hidalgo n’y peut rien.
Les professionnels de la voirie non plus.
Les ingénieurs très très intelligents avec des gros gros cerveaux non plus.
Car cette science reste encore un mystère. Misère de mystère.

Lire la suite … →

« Moulicent Dronie »

23 juin 2018 / Videos / 0 Comments /

 

 

C’était fin avril, je profitais d’un WE familial dans mon Perche pour aller rejoindre quelques heures bien sympathiques deux collègues qui passaient justement aussi un WE non loin de chez mes parents (vers Moulicent pour les connaisseurs). Nous nous sommes donc retrouvés à trois « droneurs » pour partager un petit moment de pilotage. Pas de bol, la météo était très moyenne donc les couleurs sont assez moches ahaha :- )
J’avais en tête de réaliser plein de choses mais finalement, nos machines sont très différentes, et il s’est avéré que c’était bien plus difficile que je ne pensais pour caler nos jouets tous ensemble sur la même vitesse par exemple…
Les trois grands enfants avaient un Parrot, un Spark et un Mavic Pro.

C’est en 2 minutes! Allez zou!

(Petite référence à Underdrone à 01’21… :- )

 

Moulicent Dronie from Menilmonde extras on Vimeo.